Immobilier Chine : Le début de la tourmente ?

/
Crise immobilière Chine
Crise immobilière en Chine (Ville de Shanghai sur la photo) - ©Nuno Alberto, CC0 Creative Commons

Le secteur de l’immobilier et le domaine de la construction contribuent pleinement à l’avancement de l’économie de la Chine. Pourtant, le prix des logements dans le neuf a chuté de 1% sur une année en septembre. Cette baisse du coût de l’immobilier de la seconde économie mondiale touche 70 grandes et moyennes villes. À savoir que ce repli reste une première depuis 2015.

Une baisse du prix de l’immobilier depuis 6 ans

Alors que dans le monde entier, le prix de l’immobilier se retrouve en hausse, ce n’est pas le cas de la Chine. En effet, les prix des logements, surtout ceux dans le neuf ont replié. Ce repli reste une première depuis 6 ans. Ce résultat a été indiqué par le Bureau national des statistiques ou BNS. Pourtant, il n’a pas donné de pourcentage. Selon le calcul de l’agence de l’information financière Bloomberg, cette baisse correspond à 1%.

La faillite des promoteurs de l’immobilier

Cette baisse de coûts est sûrement en liaison avec la faillite des promoteurs en immobilier comme Evergrande ou encore Fantasia. Il y a aussi Sinic qui n’a pas pu payer ses dettes de 250 millions de dollars. Effectivement, le mastodonte de l’immobilier Evergrande s’est depuis des semaines retrouvé dans une situation de dette impayée. Ce prometteur est endetté d’environ 260 milliards d’euros.

Bien évidemment, l’effondrement de ce géant de l’immobilier a eu des impacts, directs ou indirects, non seulement sur le secteur, mais aussi sur l’économie en général. En prenant par exemple, le mois dernier, les propriétaires ainsi que de nombreux fournisseurs d’Evergrande qui ne sont pas encore payés se sont protesté devant le siège du promoteur à Shenzhen.

Une régression de vente de logements

Le BTP a connu une pénalisation depuis quelques mois afin de pouvoir amoindrir la dette dans l’immobilier. Aussi, Pékin a proposé au secteur « 3 ligne rouges » qui a pour but de réduire le recours à l’emprunt de tous les promoteurs en immobilier. Il est donc nécessaire que ces derniers puissent maintenir un certain dynamisme.

Le mois dernier a été marqué par la baisse de ventes de logements dont la régression est de 16,9% sur un an. À savoir que la chute était de 19,7% 2 mois plutôt.

Source Capital

Précédent

Emploi assurance : les recrutements se maintiennent malgré la crise

Suivant

15 % des femmes sont des investisseurs avertis

Derniers articles de Immobilier