Magazine sur la finance & le rachat de crédit

La Bourse de Paris au plus bas depuis mai 2005

dans Finance

Le sauvetage d’AIG Vie par le trésor américain n’aura donc pas suffi à enrayer la crise de confiance qui règne sur les marchés et à éviter ce qui ressemble de plus en plus à une crise systémique…

La place forte parisienne a en effet terminé sa journée sous la barre des 4 000 points avec une baisse de 0.46 % du CAC à la fin de son exercice. Après avoir commencé ce jeudi à 3 982 points, l’indice français s’est quelque peu ressaisi pour l’heure à + 0.39 %.

Les événements financiers malheureux s’enchaînent tristement et contaminent désormais toutes les places financières mondiales. Ainsi à leur ouverture, les bourses asiatiques ont-elles continué leur chute vertigineuse dans le rouge. La Suisse jusqu’alors préservée commence à s’inquiéter si l’on en croit les déclarations du Président de l’association des banquiers helvétiques qui souligne que « La situation des crédits est dangereuse. SI elle provoque une baisse des bénéfices des entreprises, elle enclenchera une récession générale de l’économie ». Les uns s’inquiètent et d’autres tentent de tirer profit de la situation : c’est notamment le cas de Barclay’s qui essaie de racheter des parts d’AIG Vie ou de la Lloyd qui annonce le rachat d’HBOS pour 19 milliards d’€uros…

Et les annonces d’expositions de tel groupe ou de telle banque de s’accumuler : ce matin, l’assureur anglais AVIVA a fait part de ses expositions à hauteur de 270 millions de livres. Au même titre, l’italien BPM ou le néerlandais ING annoncent des pertes possibles…

Ces chiffres en cascade donnent le tournis et provoque de nombreuses réactions au sein de la classe politique et financière. Si Luc Châtel se veut rassurant en affirmant une nouvelle fois le peu d’expositions du système financier français, des experts bancaires pensent l’inverse ! C’est notamment le cas de Jean Peyrelevade qui estime la situation plus que préoccupante : « il ne faut pas oublier que les banques d’investissement du type de Lehman vivent avec une liquidité qui est assurée par des prêteurs, par les autres banques, par le système bancaire et par le marché… c’est par là que la contagion peut se manifester » Il craint visiblement l’effet systémique en dominos des faillites.

La situation débouche par ailleurs à des prises de position politique de plus en plus nombreuse et l’instrumentalisation de commencer avec un Henri Emmanuelli qui affirme : « S’il n’ y avait pas les Etats pour voler au secours des marchés, tout s’effondrerait. La faillite d’AIG Vie aurait été une catastrophe internationale… il y avait une régulation, on l’a fait sauter au nom du libéralisme… ».

Malgré la confusion de la situation, certains continuent leurs manœuvres. La BNP vient d’annoncer le rachat à 100 % de FIA-NET par sa filiale Sofinco. Ce spécialiste du Receive and Pay, un système permettant de payer à distance son achat seulement lors de la réception de la marchandise, favorisera la commercialisation du concept dans les pays où la marque Sofinco est fortement implantée. Le crédit ou le rachat de credit Sofinco n’a pas fini d’avoir le vent en poupe…

[communes cp= »75000″]paris[/communes]

Derniers articles de Finance

eleifend Aliquam Aenean sem, quis justo Sed fringilla ante.
Retour en haut