Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Le Livret d’Epargne Orange d’ING

dans News/Rachat de crédit

Comme vous pourrez le lire sur le site de l’enseigne « Avec le livret Epargne Orange, c’est simple de gagner plus d’argent sans risques ! » Voilà comment ING qui se définit comme étant la banque en ligne leader dans le monde ainsi que dans l’hexagone présente son principal fer de lance, à savoir un livret d’épargne attractif et compétitif. L’Epargne Orange est un support performant et sans risques qui vous permettra d’allier intérêts intéressants, disponibilité de vos liquidités et exonération de frais de dossier.

Le Livret d’Epargne Orange d’ING vous permet pour l’heure de prétendre à des taux exceptionnels pour votre épargne. Jusqu’à fin juin 2009 et pour toute ouverture de compte jusqu’à fin février, vous bénéficierez de 5 % garantis, puis de 3.3 %. L’intérêt de ce produit d’épargne réside dans le montant des dépôts qui peut aller jusqu’à 120 000 €uros, ce qui constitue presque un record dans le domaine. Par ailleurs, ING étant une banque néerlandaise, ce support d’épargne fait l’objet d’une garantie de l’Etat en question allant jusqu’à 100 000 €uros contre 70 000 par personne et par produit en France. Un aspect non négligeable en ces temps d’incertitude.

Votre épargne est bien entendu totalement disponible. L’argent n’est jamais bloqué et tout retrait est entièrement gratuit. Aucun changement de banque n’est nécessaire, car il n’y a pas d’ouverture de compte. Il suffit d’alimenter votre livret d’épargne par chèque ou virements émanant de votre compte actuel. Enfin, les espaces internautiques du site d’ING vous sont reservés et vous permettent de réaliser gratuitement et instantannément vos opérations en ligne.

Rappelons que la confiance de ses épargnants a jusqu’alors permis à ING de développer un portefeuille mondial de 75 millions de clients qui représentent des encours à hauteur de 637 milliards d’€uros gérés par quelque 125 000 collaborateurs…

Derniers articles de News

Sed elit. ut at Aenean diam in ut quis
Retour en haut