Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Le rachat de crédit concerne qui ?

dans News/Rachat de crédit

Aujourd’hui très démocratisés, les rachats de crédits n’ont pas toujours fait l’objet de normes et de critères très ouverts. A ses débuts, la restructuration financière telle qu’elle était pratiquée par les vieilles dames du rachat de crédit, à savoir le Crédit Foncier et Communal d’Alsace et de Lorraine ainsi que la Royal Saint George Banque, ne s’adressait qu’aux particuliers et à la condition que des critères très draconiens soient respectés : ainsi un taux d’endettement dépassant 60 % avant intervention était-il rédhibitoire au même titre qu’un ratio hypothécaire dépassant 70 %…

Aujourd’hui, les choses ont bien changé et heureusement ! Les acteurs bancaires spécialisés dans ce domaine sont bien plus nombreux et la concurrence qu’ils ont ainsi générée a permis des ouvertures de critères considérables depuis quelques années. Songez qu’il y a encore 5 ou 6 ans, il était presque impossible de trouver un rachat de prêt si l’on était pas propriétaire, car en dehors des prêts hypothécaires, il n’existait rien ! Aujourd’hui, les prêts personnels de rachat de crédit pour propriétaires ne désirant pas reprendre leur encours immobilier ou bien pour locataires sont monnaie courante. Et non seulement, ils ne font plus l’objet d’une cession sur salaire, mais de surcroit leur durée dépasse de loin les 7 ou 8 ans en vigueur à l’époque.

De nos jours, les rachats de crédits s’adressent à tout le monde que ce soit sous forme de prêt avec garantie, hypothécaire ou cautionné, ou sans garantie. Les heureux destinataires de ces formules sont des personnes physiques, salariées ou retraitées, mais aussi des professions libérales. Les médecins, infirmières, avocats et autres kinés peuvent bénéficier de ces financements. Certains artisans-commerçants ou dirigeants d’entreprise, gérant ou non, peuvent aussi en profiter, mais à la condition que l’origine de leurs revenus, c’est à dire l’activité proprement dite soit viable et ne fasse pas l’objet d’un déficit chronique.

L’antériorité de ces professions est aussi très importante : il faut généralement justifier d’au moins 3 exercices fiscaux. 5 bilans sont l’idéal. D’autres peuvent aussi prétendre à des restructurations, à savoir des personnes morales telles que des SCI familiales et patrimoniales, dans la mesure où les actionnaires de la SCI sont par ailleurs les emprunteurs contractant le prêt.

Une chose est donc certaine : les rachats de crédits actuels concernent bien plus de monde qu’auparavant !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

fringilla massa Praesent tempus et, quis accumsan in
Retour en haut