Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Léger repli de la place financière de Paris

dans Finance

Cette journée du mercredi 10 septembre débute sur une note mitigée en raison du léger repli de la place financière de Paris d’hier qui a clôturé à 4 293 points, soit une baisse de 1.08 %. Après le rebond du début de semaine, la tendance semble s’équilibrer puisque pour l’Heure, Paris se situe à 4 308.49 points, soit un quasi statu quo par ailleurs à la journée du mardi 09 septembre (+0.35%).
Le repli s’est expliqué par l’annonce des chiffres de l’action Lehmann Brothers qui plongeait hier de 30 %…..Inquiétant les investisseurs qui avaient été rassurés par l’intervention du Trésor Américain pour sauver Freddie Mac et Fannie Mae. EN fera-t-il de même pour Lehmann ? Rien n’est moins certain…

Les tendances des bourses du vieux continent seront aujourd’hui dépendantes de l’évolution des annonces provenant d’outre-Atlantique.

L’analyse d’Eric le Coz sur la conjoncture économique actuelle est des plus pertinentes et laisse craindre de nombreux sursauts dans les semaines à venir :

« Où vont les marchés ? La publication de chiffres décevants sur l’emploi aux Etats-Unis a douché à nouveau les marchés en fin de semaine alors même qu’en Europe, Jean-Claude Trichet fermait la porte à tout nouvel assouplissement monétaire dans l’immédiat. Les tensions inflationnistes restent toujours la préoccupation majeure de la BCE dans un contexte de révision en baisse de la croissance européenne. Les fleurons du Cac 40 commencent à pâtir de la conjoncture… ».

Pessimisme donc encore et toujours… Mis à part la bonne nouvelle provenant de l’industrie française qui contre toute attente s’est redressée en juillet avec une progression de sa production estimée à 1.2 %. Voilà qui devrait confirmer la croissance minimale de la France d’un % annoncée pour 2008 par Christine Lagarde hier.

Pour finir ce chapitre économique, un petit point sur la réunion de l’OPEP qui s’est tenue hier à Vienne et qui a débouché sur un maintien des quotas de la production de pétrole. Cette décision était attendue compte-tenu de la subite baisse de la valeur du baril : afin d’enrayer la tendance, l’organisation a baissé sa production quotidienne de 520 000 barils. Une baisse continue de l’énergie-fossile aurait pourtant favorisé les places boursières qui en ont bien besoin…

Derniers articles de Finance

ipsum mattis felis id elit. Donec neque. massa commodo dictum sit
Retour en haut