Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les banques du rachat de crédit participent-elles au recul du PIB en France ?

dans Brèves/News

Les médias nous l’ont appris ce matin : le PIB français est en recul de – 1.2 % pour le premier trimstre 2009. Ce chiffre reflète bien entendu la situation de récession que notre pays traverse comme tant d’autres et traduit aussi la contraction de l’activité économique et financière en général. Les banques du rachat de crédit faisant partie du paysage financier français jouent-elles un rôle dans le recul du PIB ?

Les banques du rachat de crédit sont plutôt victimes des conséquences du ralentissement économique plutôt que ses acteurs. En premier lieu, elles ont été victimes du resserrement de critères généralisé auquel leur banque-mère ont procédé consécutivement à la crise financière et plus particulièrement celle du crédit.

Aujourd’hui, on sait par ailleurs que la contraction du PIB est la résultante d’une diminution des exportations, d’une diminution des investissements des entreprises qui privilégient plus le déstockage qu’autre chose actuellement, mais aussi et surtout d’une contraction des investissements immobiliers qui s’est traduit par une baisse des transactions immobilières de 39 % sur 1 an.

C’est ce point qui impactera peut-être les rachats de crédits à moyen terme. En effet, une part non négligeable de propriétaires endettés fait appel au rachat de crédit pour renégocier encours immobilier et crédits à la consommation dans la même enveloppe. Si les transactions immobilières sont plus rares, les nouveaux propriétaires le seront aussi à terme et on peut ainsi imaginer que le nombre de crédits hypothécaires en rachat de crédit sera plus faible, ce qui touchera de plein fouet ces organismes spécialisés.

Heureusement pour ces derniers, il reste le marché du prêt personnel de restructuration qui sera lui sans doute moins touché. D’abord parce que ce dernier concerne à la fois propriétaires et locataires, donc une cible plus large, mais aussi et surtout parce que l’INSEE vient de souligner que la consommation des ménages en France reste dans le vert avec une progression de + 2.2 % depuis le début de l’année. Et n’oublions pas que le crédit à la consommation contribue à la consommation dans son ensemble…

Le ralentissement du marché immobilier qui est pour beaucoup dans la contraction du PIB impactera le crédit hypothécaire dans le domaine du rachat de crédit, mais le prêt personnel devrait résister de sorte que les dégâts resteront limités, mais avec des chiffres sans doute en baisse !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Brèves

id felis massa commodo id justo luctus facilisis Donec leo quis
Retour en haut