Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les endettements appliqués en rachat de crédit !

dans News/Rachat de crédit

De tout temps, les banques n’ont prêté qu’à des clients solvables qui étaient capables de les rembourser. Au fil des siècles, les critères d’éligibilité ont évolué et plus particulièrement ceux de l’endettement, du ratio hypothécaire (valeur entre le montant du prêt et celle des murs donnés en garantie) et du reste à vivre. Concernant les critères liés à l’endettement, la dernière loi en date les évoquant très directement fut la Loi Neiertz de 1989 qui évoquait qu’un endettement au delà du tiers des revenus pouvait être devenir excessif et devenir du surendettement ! Mais dans la réalité quels sont les endettements appliqués en rachat de crédit comme dans le monde bancaire en général ?

En rachat de crédit, l’endettement est observé avant et après l’intervention du prêteur. Plus l’endettement avant intervention est lourd et important, plus les critères de la banque seront draconiens, car cette dernière considèrera que le profil du client est risqué. Pour des endettements lourds au départ, c’est à dire dépassant 60 % des revenus, l’endettement après intervention toléré ne dépassera guère les 33 % à 35 %. En revanche, l’inverse est également vrai : pour de bons profils dont l’endettement avant intervention n’est pas très lourd, les conditions de prêt en terme d’endettement peuvent être assez souple. La pratique bancaire veut qu’avec d’autres indicateurs au vert (notamment un bon reste à vivre), l’endettement après intervention peut aller jusqu’à 40 % des revenus.

Mais aujourd’hui, l’heure est au resserrement de critères et il vaut infinitivement mieux ne pas avoir de chiffres flirtant avec les limites tolérées !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

id et, neque. vulputate, elit. venenatis felis
Retour en haut