Les taxes sur les assurances vie

/

Les assurances vie sont des supports d’épargne qui sont soumis à des dispositions fiscales spécifiques qui peuvent connaitre des variantes en fonction de leur antériorité.

Le principe de l’assurance vie est simple : en contre-partie du blocage des dépôts qui constituent le capital placé, la compagnie concernée vous rémunère sur ce dernier à un certain taux. Afin de bénéficier de l’exonération de l’imposition sur les plus-values mobilières (intérêts perçus), vous ne devez pas effectuer de retraits pendant les huit premières années de votre support. Si d’aventures vous étiez dans l’obligation de le faire, deux options s’ouvriraient à vous : soit les plus-values concernées feraient l’objet de prélèvements libératoires de l’ordre de 18 %, soit vous pourriez réintégrer les plues-values en question à votre revenu imposable, mais ceci ne comporte d’intérêt que si vous appartenez à l’une des deux premières tranches d’imposition, 5.5 % et 14 %, qui sont donc inférieures aux 18 % des prélèvements libératoires.

Dans les deux cas de figure, il convient de rajouter les prélèvements sociaux désormais en vigueur qui sont de l’ordre de 12.1 %. Ainsi, si vous faites des retraits avant le délai de huit ans, vos intérêts seront soumis à une taxe sur les plues-values de 30.1 % au maximum, de 26.1 % si vous êtes dans la tranche d’imposition de 14 % et de 17.1 % si vous êtes dans celle de 5.5 %. L’assurance vie est par ailleurs toujours soumise aux prélèvements sociaux qui sont déduits de vos intérêts annuels tout comme les éventuels frais de gestion, frais d’arbitrages et droits d’entrée.

Default thumbnail
Précédent

J'ai besoin de trésorerie et ai des biens : un prêt est-il possible ?

Default thumbnail
Suivant

Baisse des impôts sur le revenu !

Derniers articles de News

massa nec ipsum Praesent et, eget Sed ut accumsan mattis vulputate,