Livret A : une collecte importante au premier semestre 2022

//
épargne
Epargne : Livret A, Assurance vie, LEP, Livret Jeune - ©luxstorm, CC0 Creative Commons

Le taux du Livret A va doubler à 2% à partir du 1er août et devrait encore monter l’an prochain, selon la Banque de France. Selon l’Observatoire BPCE, ce niveau de rendement devrait accélérer les arbitrages en France, favoriser les livrets réglementés au détriment des dépôts à vue, et ne pas concerner l’assurance-vie, alors que les taux d’épargne restent élevés.

La collecte du livret A favorisée par la hausse du taux

La collecte du Livret A et du Livret de développement Durabilité et Solidarité (LDDS) pour le mois de juin 2022 est positive de 1,29 Milliard d’euros tous réseaux confondus. La collecte du Livret A s’élève à 1,04 Md€ en juin, en légère baisse par rapport à mai (1,7 Md€) mais en hausse par rapport à zéro en juin 2021.

Au cours des six premiers mois de cette année, le total s’est élevé à 19,06 milliards d’euros. En juin 2022, l’encours total de ces deux produits atteignait 488,7 milliards d’euros. La rémunération du Livret A et du LDDS est passée de 0,5 % à 1 % au 1er février, dynamisant les collectes 2022.

Pour le reste de l’année, les deux livrets devraient bénéficier de la hausse du 1er août. Cette hausse “devrait entraîner une reprise des collectes entre juillet et septembre, même si le second semestre connaît traditionnellement plusieurs sorties d’épargne liées à la fin de l’année scolaire, aux vacances, ou aux achats de rentrée” , estime Philippe Crevel.

Ceci en dépit du fait que l’inflation est actuellement supérieure aux 2 % d’intérêts payés sur les placements liquides préférés des Français. “L’inflation joue un rôle important dans l’épargne, du moins tant que l’inflation reste en dessous d’un certain seuil, estimé entre 8% et 10%”, précise Alain Tourdjman.

De plus, l’effet « fuite devant la monnaie » domine, les ménages préférant consommer immédiatement plutôt qu’épargner. Pour le moment, les Français ne semblent pas prêts à dépenser “l’excédent d’épargne” qu’ils ont accumulé en 2020 et 2021, l’excédent (70%) étant principalement concentré dans les 20% des ménages les plus riches.

Difficile d’interpréter les chiffres dans le contexte actuel

Si les chiffres du premier semestre sont légèrement inférieurs aux 16,74 milliards d’euros nets collectés au premier semestre 2021, alors que la France était toujours sous confinement et couvre-feux, ils sont largement supérieurs aux 11,57 milliards d’euros de 2019.

Dans le même temps, 2020 a connu une performance inhabituelle, avec 20,41 milliards d’euros au premier semestre, conséquence directe de la pandémie et des restrictions.

Cependant, l’Observatoire constate que les Français ne savent pas vraiment comment réagir pour protéger leur épargne de l’inflation. “Nous constatons beaucoup de confusion parmi les ménages sur la manière d’évaluer l’impact de l’inflation et de la hausse des taux d’épargne réglementés. Les repères sont flous, ce qui nous empêche de comprendre ce qui se passe”, a déclaré Alain Tourdjman.

La collecte de l’épargne est toujours tirée par les dépôts à vue et les livrets, notamment le Livret d’épargne populaire (LEP). L’assurance-vie a également bien performé, soutenue par la croissance rapide des plans d’épargne retraite (PER) et des unités de compte en unités de compte (UC), qui remplacent progressivement la détention de titres par le biais de comptes-titres.

Le Livret A, géré conjointement par la Caisse des dépôts et un réseau de banques, sert principalement au financement du logement social, tandis que LDDS travaille sur l’économie sociale et solidaire et l’efficacité énergétique des logements. Les investissements dans le Livret A et le LDDS ont fortement augmenté au début de la crise du Covid-19, profitant de leur statut de valeur refuge au détriment de l’assurance-vie, et leurs apports ont ensuite diminué.

Précédent

La nouveauté zkEVM dévoilée par Polygon

Suivant

Binance détient désormais plus de BTC que Coinbase

Derniers articles de Epargne