Livret A en baisse : quelle épargne alternative ?

dans Epargne/News

Depuis que le Livret A est passé sous la barre des 3 %, il n’intéresse plus beaucoup les épargnants français, pourtant très friands habituellement de cette formule d’épargne populaire. Il faut dire qu’à 1.25 %, le Livret A souffre d’un taux nettement moins attrayant que celui d’autres produits d’épargne qui vont probablement récupérer en partie les retraits réalisés par les détenteurs des Livrets A depuis le début du mois de juin. Mais quelle est l’épargne alternative au Livret A aujourd’hui ?

Trois produits ou supports d’épargne retiennent aujourd’hui l’attention avec des risques plus ou moins importants : l’assurance vie, la SICAV dynamique et les parts sociales.

L’assurance vie avait un temps souffert du taux à 4 % du Livret A qui en tant qu’épargne réglementée ne fait pas l’objet de prélèvements sociaux, ni de droits d’entrée. Aujourd’hui, l’assurance vie a redoré son blason et propose des rendements bien supérieurs à celui du Livret A avec des taux garantis de l’ordre de 4.25 à 4.9 %. Adossée à des fonds en Euros, les supports monétaires vous garantissent un taux sécurisé qui peut être de 4.3 % pour le produit Altaprofits Vie ou pour LinXea Vie, de 4.7 % chez Apivie Vie avec Frontiere Efficiente et de 4.9 % chez Groupama. Bien gérée, un portefeuille en multisupprot peut être encore plus rentable avec la remontée de la Bourse. Il est en revanche un peu tôt pour les unités de compte purs.

Second support d’épargne attractif : la SICAV obligataire. Entre SICAV monétaires pures, qui sont certes sécurisées mais peu rentables et SICAV dynamiques, premières victimes des subprimes, il existe les SICAV dynamiques plus modérées. Même s’il convient de bien surveiller son portefeuille pour éviter des baisses excessives de rendements de certains titres et le risque de chute des taux, les SICAV dynamiques n’ont jamais eu de baisse de valeur sur des durées excédant 15 mois. Des rendements de 5 à 9 % ont existé en 2007 et ne sont pas envisageables en 2009, mais des rendements de 3 à 5 % sont possibles comme en témoignent des produits tels que AGF OBligations (3.37 %) ou Océan croissance au crédit Mutuel (5.37 %).

Dernière alternative de poids : les parts sociales ! Beaucoup de banques en proposent et il existe autant de variantes que de banques…Pour autant, leur attrait est indéniable avec un revenu moyen annuel compris entre 3 % et 4.44 % bruts. L’avantage majeur de la formule, c’est qu’elle peut être dopé fiscalement. En effet, les gains générés par les parts sociales sont soumis à la taxation des dividendes d’actions françaises et ne commencent à être imposés à ce titre qu’après un abattement de 40 %, puis un second de 1 525 e pour une personne et le double pour un couple. Pour une fois, l’adminsitration fiscale fait une fleur aux détenteurs de parts en leur octroyant un crédit d’impôt de 50 % des dividendes palfonné à 115 € par personne et le double pour un couple.

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*