Mondialisation : la fin du monde tel qu’on le connaît selon le PDG de blackrock

//
Suite à la crise ukrainienne, les finances mondiales vacillent

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine, est-il en train de tuer la mondialisation économique ? Oui, selon l’un des financiers les plus importants de la planète : Larry Fink, patron du premier gestionnaire de fonds au monde, Black Rock.

Le conflit ukrainien va changer la face du monde

On se souvient du nom de BlackRock parce qu’il a défrayé la chronique il y a environ deux ans, lorsque le fonds américain se réjouissait que la loi Pacte lui permette de gérer à terme les retraites privées des Français. BlackRock gère désormais 10 000 milliards de dollars d’actifs dans le monde, soit un peu plus de 9 000 milliards d’euros. Le fonds est né en 1988 avec la mondialisation de l’économie.

Sauf que les choses ont changé depuis. Et notamment la guerre en Ukraine qui pourrait tout changer. Les dirigeants à New York savent de quoi ils parlent. Larry Fink, patron du plus grand gestionnaire de fonds au monde, a déclaré que “l’ordre mondial qui fonctionnait depuis la fin de la guerre froide est terminé. L’invasion russe de l’Ukraine a mis fin à trois décennies de mondialisation telle que nous la connaissions”. Pour lui, les effets de la guerre se répercuteront d’une manière que nous ne pouvons pas prévoir avant des décennies.

Le PDG de BlackRock estime également que ce nouvel ordre mondial « incitera les entreprises et les gouvernements du monde entier à réévaluer leurs dépendances et à réanalyser leurs empreintes de fabrication et d’assemblage ».

Cependant, si la mondialisation a déclenché le mouvement, certains pays misent peut-être sur les industries locales. Pour étayer son affirmation, Larry Fink a rappelé que pendant la pandémie, les pays avaient du mal à trouver certains équipements, comme des masques fabriqués en Chine, alors qu’ils en avaient absolument besoin.

Cependant, lorsque l’économie a rebondi et que la demande a explosé, les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement ont poussé l’inflation à des niveaux sans précédent, a déclaré CNN.

Ces goulots d’étranglements ont d’abord été mis en évidence par la pénurie de puces et de semi-conducteurs qui a touché l’industrie automobile ou les entreprises de haute technologie. Aujourd’hui, les sanctions touchant la Russie et de nombreuses entreprises font grimper les prix des matières premières et perturbent les marchés internationaux.

Vers une transition énergétique accélérée ?

“La sécurité énergétique est au même niveau que la transition énergétique en tant que priorité mondiale”, a lancé Larry Fink. Il croit fermement que les énergies renouvelables deviendront plus compétitives face à la flambée des prix de l’énergie. “A long terme, je pense que les événements récents vont accélérer la transition vers l’énergie verte dans de nombreuses régions du monde”, a finalement assuré Larry Fink.

En clair, la sécurité énergétique a rejoint la transition énergétique comme une priorité mondiale. Cela aura un impact immédiat sur le climat, les États-Unis essayant d’augmenter l’approvisionnement en pétrole et en gaz de schiste, tandis que l’Europe pourrait être contrainte d’utiliser de plus en plus de charbon avant que les énergies renouvelables ne prennent pleinement le relais.

Ensuite, il y a le commerce : la guerre sur le sol européen, en plus de la pandémie de Covid-19, est susceptible de provoquer un déplacement d’une partie de l’activité vers les États-Unis, le Mexique et le Brésil, mais aussi vers l’Asie, selon Larry Fink.

Un mouvement qui a déclenché l’inflation et les véritables enjeux stratégiques, géopolitiques, économiques et sociaux du futur leadership de l’Europe sur la scène internationale.

Pour rappel, le terme “mondialisation” est utilisé pour désigner l’ensemble des processus (socio-économiques, culturels, technologiques, etc.) qui favorisent les liens sociaux à travers le monde. Le terme « mondialisation » existe depuis les années 1980. La mondialisation permet une communication de plus en plus fluide et intensifiée, impulsée par le développement des transports et de la mobilité (population, entreprises, etc.) et accélérée depuis les années 1970 par les systèmes contemporains de communication et de circulation de l’information. Elle tend à accentuer le phénomène de diffusion et d’homogénéisation dans l’espace mondial.

Précédent

Comment obtenir un compte bancaire HSBC pour particuliers ?

Suivant

Satoshi Island : le paradis des projets cryptos

Derniers articles de Epargne