Payer son appartement avec de l’ail : en Chine c’est possible !

//
Chine Evergrande
Groupe Evergrande, géant de l'immobilier en Chine - ©influencer magazine uk, FlickR Creative Commons

Le régulateur bancaire chinois a appelé les banques à rouvrir les vannes du crédit pour les promoteurs en difficulté, car de plus en plus de propriétaires refusent de payer des mensualités en raison de retards de livraison sur les chantiers de construction.

Un cercle vicieux alimenté par la colère des chinois

Le secteur bancaire chinois est à nouveau mis en avant pour de mauvaises raisons. Le régulateur bancaire chinois, la China Banking and Insurance Regulatory Commission (CBIRC), exhorte les banques à prêter davantage aux promoteurs immobiliers en difficulté après une révolte des épargnants privés pour accéder à leur épargne via les banques locales.

La prévente est la méthode la plus courante de vente immobilière en Chine. Désormais les propriétaires refusent de payer les paiements mensuels pour au moins une centaine de projets immobiliers en Chine afin de montrer leur mécontentement, selon l’industrie et les analystes.

En raison du manque de liquidités, certains groupes immobiliers peinent à mener à bien leurs projets et à livrer les biens promis. En signe de protestation, certains clients ont décidé de ne plus payer leurs mensualités. Le boycott affecte près de 200 projets immobiliers dans près de 50 villes, selon un rapport de l’agence de recherche et développement d’E-House China.

Cette grève des paiements mensuels soulève des inquiétudes quant au risque qu’une crise du logement ne se propage au système financier. Pour se prémunir contre cela, le régulateur a exhorté dimanche les banques à “répondre aux besoins de financement raisonnables des entreprises immobilières”.

Pour réduire la dette de l’industrie, Pékin a durci les conditions d’accès au crédit des promoteurs. De nombreux groupes se sont ainsi retrouvés à court de liquidités, dont le n°1 Evergrande. La mauvaise santé financière du champion chinois de l’immobilier pénalise indirectement ses rivaux, les acquéreurs montrant de plus en plus de réticences à investir dans l’immobilier.

L’incertitude liée au Covid-19, qui affecte les revenus des ménages, refroidit également les acheteurs. L’immobilier a longtemps été l’épine dorsale de la croissance économique de la Chine, alimentée par la hausse du niveau de vie et le boom de l’achat de maisons, dans un pays où la propriété est souvent une condition préalable au mariage.

Les chinois payent leurs appartement avec de l’ail

Lorsque le marché est en difficulté, il faut être intelligent. C’est la recette que les promoteurs chinois appliquent actuellement à la lettre. Comme le révèle un article du Monde, ils n’hésitent plus à proposer à leur clientèle de payer leur logement avec une partie de leur production agricole.

Afin d’attirer la clientèle des agriculteurs, l’idée de leur permettre de financer leur logement avec leur production est apparue. Ainsi, Le Monde cite l’exemple du promoteur immobilier Jianye, qui cible les agriculteurs du Henan et diffuse des annonces leur proposant 5 yuans (0,75 euro) la livre d’ail pour payer un logement. Ainsi, entre fin mai et début juin, le promoteur a reçu pas moins de 430 tonnes de marchandises, livrées par 30 agriculteurs qui ont voulu tenter l’aventure.

Devant le succès de cette opération, d’autres promoteurs n’ont pas hésité à passer à l’action, l’un a accepté la pastèque, l’autre le blé, voire la pêche, etc. Chaque fois que le prix d’achat des produits agricoles est supérieur au prix du marché, l’opération est très attractive.

La situation reflète le désespoir des promoteurs qui ont désespérément besoin de conclure des ventes pour éviter le risque de faillite, comme c’est arrivé au géant de l’industrie Evergrande. Tout récemment, Shimao Group, un autre géant de l’immobilier basé à Shanghai, a raté une échéance de 1 milliard de dollars faisant porter un nouveau risque au marché immobilier chinois.

Précédent

Le nombre de distributeurs automatique diminue encore en 2021

Suivant

Crypto : un des cofondateurs de Ripple a empoché 3,14 milliards en 8 ans

Derniers articles de Immobilier