Que retenir des conférences du Crypto Policy Symposium ?

/
conférence cryptosceptique

Une assemblée d’une quarantaine de personnes tenue à Londres les 5 et 6 septembre a marqué le début du premier rassemblement « cryptosceptiques » international. Le but de cet événement était de créer un groupe de réflexion qui permet d’avertir le public des dangers d’une industrie influente.

Une conférence pour contrer les crypto-optimistes

Le marché des crypto-actifs doit être régulé car il représente un « problème d’intérêt général ». Les gens devraient également développer une opinion plus critique sur les crypto-monnaies.

Le Crypto Policy Symposium qui s’est tenu à Londres les 5 et 6 septembre a réuni 40 participants de différents domaines. Il s’agissait notamment de membres de la presse issus de domaines technologiques et économiques, d’experts en informatique, ainsi que de fonctionnaires. Le groupe a déclaré qu’il s’agissait d’un problème de démocratie et a demandé instamment que des mesures immédiates soient prises.

L’industrie des crypto-actifs organise des centaines de rassemblements qui promeuvent un message évangélique comme Surfin’Bitcoin. Cet événement s’est déroulé à Biarritz le 27 août, c’était la deuxième édition après celle de 2021.

L’événement de Londres a été organisé par un petit groupe de “dissidents” contre une industrie estimée à des milliards de dollars, indique l’un des co-organisateurs de l’événement, Stephen Diehl, un ingénieur en informatique spécialisé dans la finance. Entre autres choses, les participants ont discuté de la nécessité d’informer les législateurs et les régulateurs des dangers qui guettent la cryptoéconomie. Pour l’intérêt général, ils souhaitent faire entendre leur action qui avertit et lutte contre les risques du secteur crypto.

La communauté des cryptosceptiques souhaite montrer la réalité du marché cryptoéconomique mieux représentée dans la couverture médiatique. Ils ressentent le besoin de contraster les représentations médiatiques proposées par les acteurs de la cryptoéconomie qui indiquent un intérêt croissant pour les cryptos.

Certains critiques, comme la journaliste indépendante Amy Castor, mettent en garde contre la taille croissante des bulles et l’augmentation des pertes. En effet, plus d’argent est investi et plus de victimes existent avec l’apparition de chaque bulle, dit Castor.

Molly White, ingénieure en informatique et rédactrice en chef de Wikipédia, est l’une des voix les plus critiques de l’industrie des crypto-actifs. Avec son blog Web3 Is Going Just Great, elle cartographie les arnaques et les échecs des entreprises de la crypto-économie. Récemment, elle a enquêté sur les déclarations faites lors de l’affaire de faillite de Celsius. Elle a également écrit un dossier sur l’enchaînement de catastrophes causée par la chute du stablecoin Terra Luna et la liquidation du fonds spéculatif Three Arrows Capital.

Les cryptomonnaies s’adressent-elles uniquement aux personnes exclues ?

Le consultant en gestion et co-organisateur de la conférence, Martin Walker, considère les crypto-actifs comme aussi corrosifs que les produits financiers prédateurs tels que les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé ou les prêts sur salaire. Selon le conférencier Tonantzin Carmona, cela s’explique par le fait que de nombreux crypto-actifs sont présentés comme des outils pour les personnes financièrement vulnérables qui ont été historiquement exclues du système bancaire. Ces groupes comprennent des communautés noires et latinos aux États-Unis, affirme Carmona, spécialiste de l’inclusion bancaire et chercheuse à la Brookings Institution.

Jacob Silverman est un journaliste spécialisé dans les enjeux politiques des nouvelles technologies. Il est conscient de trois mythes tenaces qui persistent dans la cryptoéconomie : l’argent facile, la liberté financière et l’indépendance. Cependant, Silverman déclare que les marchés de la crypto-monnaie sont injustes, asymétriques, peu transparents et ouverts à la fraude, à la manipulation et au délit d’initié, toutes caractéristiques qui permettent un capitalisme de type casino.

Un autre supposé crypto-sceptique est Ben McKenzie – un acteur américain – qui a cosigné l’essai Easy Money de Silverman. Cet écrit détaille de nombreux cas de fraude financière et devrait être publié en 2023.

Précédent

Binance prendra en charge uniquement le BUSD d’ici fin septembre !

Suivant

Binance suspend les dépôts et retraits d’ETH dès mardi

Derniers articles de Crypto