Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Rachat de credit hypothecaire et reprise du crédit immobilier indissociable ?

dans News/Rachat de crédit

Un rachat de crédit hypothécaire reprend-t-il toujours le prêt immobilier ou l’hypothèque peut-elle porter sur les seuls prêts à la consommation ?

On le sait depuis plusieurs années, l’une des formules fréquemment adoptées par les personnes propriétaires recherchant un rachat de crédit est celle du rachat de crédit hypothécaire. Cette définition sous-entend que la restructuration est donc globale puisqu’elle inclut à la fois la reprise du crédit immobilier, mais aussi celle des crédits à la consommation qui pollue souvent les finances des ménages en générant un endettement trop lourd. Dans l’esprit des internautes un rachat de crédit hypothécaire est donc nécessairement assorti du rachat du prêt immo par opposition au prêt personnel de rachat de crédit. Mais est-ce toujours le cas et cette possibilité est-elle toujours indissociable de la reprise du crédit immobilier ?

Un rachat de crédit de second rang hypothécaire permet de laisser le prêt immo :

Non, il existe une exception. En fonction de la qualité d’un dossier, la reprise du crédit immobilier n’est pas forcément obligatoire. Il arrive en effet qu’un rachat de crédit hypothécaire soit envisageable sans racheter le prêt immobilier en procédant à un rachat de crédit sous forme de prêt hypothécaire de second rang. Cette formule permet d’éviter de racheter un crédit immobilier en bout de course ou attractif en terme de taux d’intérêts.

A l’inverse d’un prêt personnel de rachat de crédit, le prêt hypothécaire de second rang permettra d’envisager une durée allant jusqu’à 25 ans à des taux nettement plus bas qu’un produit conso. Par ailleurs, les possibilités de trésorerie dépassent aussi celles cu crédit à la consommation. Attention toutefois, cette formule de rachat de credit hypothécaire est draconienne en terme de critères : la couverture immobilière doit être excellente et la valeur du bien donné en garantie doit donc largement recouvrir les deux créances cumulées. Pas de rejets, pas d’impayés et un endettement avant intervention qui ne dépasse pas les 50 %.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

pulvinar dolor sem, eget elit. dolor. neque. Aliquam Sed leo mattis
Retour en haut