Record de pollution pour le Bitcoin en 2021, mais de grosses améliorations à venir

/
energie renouvelable bitcoin
Wind turbine on field at sunset

Le minage de Bitcoin a entraîné la libération de 41 mégatonnes de dioxyde de carbone en 2021. Un triste record. Cependant, Bitcoin devrait émettre beaucoup moins de dioxyde de carbone d’ici 2022 en raison de la transition vers les énergies renouvelables.

Triste record en 2021 mais de grandes améliorations pour le futur

Les crypto-monnaies, notamment le Bitcoin, sont souvent critiquées pour leur consommation d’énergie. Dans certains pays, les mineurs prennent des mesures pour réduire leur dépendance aux combustibles fossiles, mais ils sont encore trop peu nombreux.

Selon une nouvelle étude de Coinshares, les activités minières de Bitcoin ont généré 41 mégatonnes de dioxyde de carbone en 2021, soit 5 mégatonnes de plus qu’en 2020. Globalement, cela représenterait 0,08% des émissions de dioxyde de carbone de la planète. “Une goutte dans l’océan”, cependant, la classe politique a développé un fort intérêt pour ces activités au cours de la dernière année. Plusieurs pays européens envisagent même une interdiction pure et simple du minage de crypto-monnaies en 2021.

La bonne nouvelle est qu’en 2022, la plus grande blockchain, Ethereum, devrait passer de la preuve de travail à la preuve de participation et proposer un modèle limitant son empreinte écologique. En revanche, malheureusement, Bitcoin est toujours bloqué dans son modèle de proof of work.

Si la pollution du Bitcoin n’a jamais été aussi grave qu’en 2021, les choses devraient aller mieux en 2022. D’abord parce qu’une grande partie de l’industrie s’est déplacée de la Chine (où les opérateurs utilisent une énergie très polluante) vers les États-Unis, le Kazakhstan et d’autres pays qui utilisent plus souvent les énergies renouvelables. Avant que la Chine n’interdit l’exploitation minière, le pays représentait plus de 50 % des revenus de l’industrie.

Les sociétés minières de Bitcoin (BTC) adoptent de plus en plus l’énergie verte alors que le mix énergétique durable dans l’industrie minière mondiale de Bitcoin augmente d’environ 59 % d’une année sur l’autre.

Selon une étude du Bitcoin Mining Council (BMC) sur la consommation au dernier trimestre 2021 publiée en janvier 2022, le Bitcoin est de plus en plus exploité à partir d’énergies renouvelables. Cependant, malgré les progrès, le taux de hachage global de Bitcoin (vitesse de minage) à partir d’une énergie 100% entièrement renouvelable est toujours inférieur à 1%.

Les énergies renouvelables encore trop peu utilisées

Les données de BMC sur la consommation d’énergie de Bitcoin montrent une amélioration significative de la consommation d’énergie : selon leurs estimations, 58 % des mineurs utilisent une combinaison de sources d’énergie renouvelables. Si cette augmentation est à saluer, force est de constater que ce nombre cache une énorme disparité entre les pays où les mineurs sont installés.

Actuellement, seuls les mineurs norvégiens utilisent 100% d’énergie renouvelable pour extraire le Bitcoin. Et, selon l’Université de Cambridge, qui tient à jour une carte du taux de hachage de Bitcoin, la Norvège ne représente que 0,58 % de la puissance de calcul mondiale. Un nombre extrêmement faible, qui montre encore à quel point l’industrie du Bitcoin doit s’améliorer.

En Norvège, l’industrie a déjà démontré sa capacité à passer aux énergies entièrement renouvelables. L’ensemble de l’industrie minière du Bitcoin dans le pays utilise désormais des énergies renouvelables. D’autres pays et régions ont également atteint une exploitation minière 100 % verte, notamment la Suède, le Québec et l’Islande.

Cependant, il y a encore des mauvais élèves. Le Kazakhstan, le Montana, le Kentucky et l’Alberta représentent ensemble 26% de l’exploitation minière de Bitcoin, mais ils génèrent à eux seuls 43% des émissions de l’industrie. Principalement parce que l’énergie utilisée pour l’exploitation minière produit beaucoup de dioxyde de carbone. On parle du charbon en particulier. Par conséquent, la relocalisation d’une partie de l’industrie minière au Kazakhstan est une préoccupation pour l’industrie.

Précédent

Dogecoin : une transaction réalisée sans accès à Internet

Suivant

Dans le rouge hier, le CAC 40 pourrait repartir dans le vert aujourd’hui

Derniers articles de Crypto