SBF choisi de plaider non-coupable, une provocation supplémentaire ?

/
SBF justice

Entre autres chefs d’accusation, l’ex-PDG de la plateforme FTX a été accusé d’escroquerie et d’association de malfaiteurs. Au total, huit chefs d’inculpation ont été retenus contre lui, dont cinq passibles d’une peine maximale de vingt ans de prison.

Quelle version des faits pour SBF ?

Quelle sera la version des faits de Samuel Bankman-Fried (SBF) pour expliquer l’incroyable désastre de FTX ?

La plate-forme, autrefois l’échange de crypto-monnaies numéro 2, a fait faillite le 11 novembre, perdant des milliards de dollars en comptes clients.

Sam Bankman-Fried, le co-fondateur et ancien patron de l’échange de crypto-monnaie FTX, a choisi de plaider non coupable des accusations de fraude dont il fait l’objet devant le tribunal de New York mardi.

Surnommé “SBF”, il a été mis en examen notamment pour escroquerie et association de malfaiteurs. Il a été extradé des Bahamas, où siège FTX, fin décembre, puis libéré sous caution de 250 millions de dollars à son arrivée à New York.

Sam Bankman-Fried aurait travaillé avec des collaborateurs pour effectuer des transactions financières spéculatives via Alameda Research en utilisant des fonds déposés par des clients sur la plate-forme FTX.

L’homme d’affaires et entrepreneur, vêtu d’un costume sombre et d’une cravate, n’a pas parlé lors de l’audience, laissant plutôt parler son avocat, Mark Cohen, en son nom.

La stratégie de Sam Bankman-Fried diffère de celle de l’ancien dirigeant de FTX, Gary Wang, qui a plaidé coupable le mois dernier et coopère avec les autorités, et de Caroline Ellison, qui est également l’ancienne responsable de la plateforme sœur de FTX, Alameda Research.

Un complot pour frauder les États-Unis ?

En plus des transactions risquées via Alameda, il aurait investi une partie de cet argent dans l’immobilier aux Bahamas et fait des dons à des politiciens démocrates, dont Joe Biden, pour sa candidature à la présidentielle de 2020.

En conséquence, il a été accusé de complot en vue de frauder les États-Unis. Il a en effet été accusé d’avoir enfreint les lois régissant le financement des campagnes après avoir financé le Parti démocrate.

Les procureurs ont accusé SBF d’avoir fraudé la Commission électorale fédérale à partir de 2020. Il aurait conspiré avec d’autres pour faire des dons illégaux aux candidats. L’ancien PDG de FTX est le deuxième donateur du Parti démocrate, derrière le milliardaire George Soros.

Ces dons, principalement au cours du cycle électoral 2021-2022, ont financé le parti démocrate à hauteur de 39 884 256 $. Elon Musk a même suggéré qu’il aurait pu donner jusqu’à 1 milliard de dollars aux démocrates.

Le procès débutera le 2 octobre

Son procès débutera le 2 octobre aux Etats-Unis et devrait être particulièrement médiatisé, tant la faillite de FTX a transformé le paysage financier international.

La représentante Danielle Sassoon du bureau du procureur américain de Manhattan a estimé que le procès prendrait quatre semaines, tandis que les avocats de l’accusé ont estimé deux à trois semaines. Le juge Kaplan ne s’est pas prononcé sur ce point.

Cinq des huit chefs d’accusation contre Sam Bankman-Fried sont passibles d’une peine maximale de 20 ans de prison. Il est actuellement assigné à résidence en Californie dans la demeure de ses parents, il est donc susceptible de passer le reste de sa vie en prison.

Depuis la faillite de FTX le 11 novembre 2022, Sam Bankman-Fried a soutenu publiquement à plusieurs reprises qu’il n’était plus à la tête d’Alameda Research depuis de nombreux mois au moment des faits, impliquant indirectement Caroline Ellison.

Les procureurs ont contesté cet argument, affirmant qu’il restait un décideur clé dans la structure avant que FTX ne dépose son bilan.

Précédent

Pourquoi jouer à un casino crypto ?

Suivant

Plus de 70% des DPE sont erronés, parfois avec plusieurs classes d’écart !

Derniers articles de Crypto