Binance aide au démantelement d’un important cartel de drogue !

/
Opération internationale Dark Hunter
Opération internationale Dark Hunter (crypto, espèce, armes et drogues saisis) - ©AJ Colores, CC0 Creative Commons

Binance, le plus grand échange de crypto-monnaie au monde, a aidé à arrêter un cartel de la drogue mexicain. En agissant de la sorte, la société a montré aux enquêteurs les nombreux avantages de la blockchain.

Un scénario digne des séries américaines

La première plateforme d’échange, Binance, aurait été utilisée par des cartels de la drogue basés au Mexique et opérant à l’international pour blanchir des millions de dollars. Cependant, l’échange aurait aidé les autorités à identifier les suspects.

Citant une enquête en cours menée par la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis, Forbes affirme qu’un réseau de trafic de méthamphétamine et de cocaïne opérant aux États-Unis, au Mexique, en Europe et en Australie utilisait Binance pour blanchir de l’argent.

“Entre 15 et 40 millions de dollars de revenus illicites pourraient avoir transité sur Binance, selon la DEA”.

Les autorités américaines ont enquêté sur l’appétit des cartels mexicains pour les crypto-monnaies dès 2020.

Cette année-là, plusieurs informateurs de la DEA ont approché un internaute qui leur a proposé d’échanger des actifs cryptographiques contre des dollars américains. Il a proposé de récupérer la crypto-monnaie de son compte Binance.

La seconde étape consistait à se rencontrer. L’internaute reversait alors cet argent en espèces à son partenaire, en déduisant sa commission. L’opérateur, identifié comme étant le ressortissant mexicain Carlos Fong Echavarria, aurait affirmé que l’argent provenait de “restaurants familiaux et d’élevages de bétail”.

La DEA a ensuite surveillé le blanchisseur de fonds présumé, tandis qu’un agent infiltré a pris directement contact avec Echavarria. De cette façon, l’agence a pu retracer l’argent jusqu’aux opérations de trafic de drogue.

La participation de Binance à l’enquête

Dans le cadre de son enquête, la DEA a demandé l’aide de Binance.

La plateforme a aidé les autorités à suivre les transactions frauduleuses sur la blockchain. Un total de 75 transactions ont été trouvées totalisant 4,7 millions de dollars. Binance a réussi à retracer l’entité derrière la transaction.

L’enquête de la DEA a confirmé que l’argent provenait de la vente de drogues dures au Mexique, aux États-Unis, en Europe et en Australie. L’agence a révélé qu’elle avait suivi 16 millions de dollars sur la blockchain.

“Il s’agit d’un parfait exemple où la transparence des transactions blockchain est un point positif contre les acteurs criminels. […] Les criminels laissent une trace permanente de ce qu’ils font.”

Les révélations de la DEA surviennent alors que le ministère américain de la Justice soupçonne Binance de ne pas respecter les lois sur le blanchiment d’argent.

Après avoir ouvert l’enquête en 2018, plusieurs procureurs américains ont déclaré qu’ils s’apprêtaient à inculper la société de transfert d’argent non agréée pour complot en vue de faciliter le blanchiment d’argent et violation des sanctions pénales.

A noter que certains procureurs se veulent plus prudents. Ils pensent toujours qu’ils manquent de preuves contre Binance.

Est-ce que cela peut profiter à Binance et aux cryptos ?

Le fondateur de Binance, Changpeng Zhao, s’est rendu sur son compte Twitter pour féliciter son équipe d’avoir démantelé le cartel. L’entrepreneur rappelle que les crypto-monnaies sont loin d’être un outil idéal pour les criminels.

« La crypto n’est pas un bon outil pour les activités illicites, contrairement à l’argent liquide. Les blockchains sont transparentes »

Pour certains internautes, il s’agit simplement d’une tentative de diversion. De nombreux utilisateurs souhaitent quitter la plateforme soupçonnant d’autres activités frauduleuses.

Pour d’autres, Binance continuera à permettre aux escrocs et autres criminels de proliférer dans l’espace crypto en ouvrant un grand nombre de comptes.

Selon un internaute, signaler des portefeuilles cryptographiques frauduleux ne donnera aucun résultat, du moins pas tant que des poursuites judiciaires ne seront pas engagées.

Les criminels ont blanchi 4 milliards de dollars d’argent sale via des services de cryptographie depuis 2020, selon Elliptic, une société spécialisée dans l’analyse de la blockchain. Dans la plupart des cas, les escrocs ne passent pas par une plateforme centralisée comme Binance.

Ces plateformes demandent aux utilisateurs de remplir un formulaire KYC (Know Your Customer). Cette procédure permet aux échanges de vérifier l’identité de leurs clients, ce qui augmente considérablement la tâche des criminels. Au lieu de cela, ils se tournent vers des plateformes décentralisées ou des “bridge” de crypto-monnaie.

En tout cas, CZ ne semble pas avoir réussi à convaincre les utilisateurs de Binance de revenir sur sa plateforme, malgré ses efforts. Pendant ce temps, BNB a continué de baisser à 246 $.

Précédent

Les banques pourront détenir 2% de leurs réserves en crypto

Suivant

A combien va s’élever le taux de rémunération des comptes épargne en 2023 ?

Derniers articles de Crypto