“Bitcoin inutile et insignifiant”, la BCE enterre les cryptos !

/
Christine Lagarde

Suite au crash de la plateforme FTX, la Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse faisant le point sur la situation du Bitcoin (BTC) et des autres crypto-monnaies. Intitulé “Le dernier baroud de Bitcoin”, cet article de blog de la BCE a détruit le Bitcoin.

Bitcoin va sombrer définitivement selon la BCE

La critique des actifs Bitcoin et crypto est devenue monnaie courante parmi les institutions financières. Mais la dernière apparition de la Banque centrale européenne (BCE) est inhabituellement sévère, trois semaines après que le scandale de la plateforme FTX a révélé des investissements douteux et des conflits d’intérêts sur l’une des principales plateformes de trading de crypto-monnaie.

La Banque centrale européenne (BCE) a rencontré certains régulateurs mondiaux pour évaluer le marché de la crypto-monnaie et identifier les points pour une réglementation plus claire.

Dans un article de blog publié le 30 novembre, les auteurs, membres du conseil d’administration et conseiller de la Banque centrale européenne, ont dénoncé le caractère spéculatif de la plus ancienne crypto-monnaie, créée en 2009 pour faire face à une crise financière systémique.

Selon le message, intitulé “Le dernier baroud de Bitcoin”, le responsable de la BCE a déclaré que le Bitcoin (écrit en majuscules pour évoquer le protocole) ne devrait pas être légalisé par les régulateurs ou les sociétés financières car il s’agit avant tout d’un outil spéculatif.

Après avoir chuté de 75 % en un an, le bitcoin s’est stabilisé quelques jours à 16 844 euros l’unité, ressemblant à « un dernier sursaut déclenché artificiellement avant de s’engager sur la voie de l’insignifiance ».

L’analyse de la BCE ne fait que souligner la baisse récente de 69 000 $ à environ 17 000 $, mais ne la met pas en perspective. En fait, le marché de la crypto-monnaie a traversé des périodes de hausses massives, avec des marchés baissiers occasionnels entre les deux, appelés marchés respectivement bull run et bear market.

Les auteurs de l’article Ulrich Bindseil et Jürgen Schaaf ont ajouté : “Les gros investisseurs de Bitcoin sont les plus intéressés à maintenir l’excitation”, faisant référence au rôle joué par les “entreprises isolées” et “certaines sociétés de capital-risque” depuis fin 2020.

Cependant, l’analyste de la BCE a déclaré que Bitcoin ne risquait pas de remonter, mais qu’il “sombrera définitivement comme cela était prévu avant la faillite de FTX”

La guerre entre la BCE et le Bitcoin

Partout dans le monde, les régulateurs financiers s’efforcent de fournir un cadre juridique à l’espace cryptographique complexe, avec des activités allant de l’émission de pièces stables (dont la valeur devrait être indexée sur celle des monnaies traditionnelles) au prêt d’instruments basés sur la blockchain.

Le blog de la BCE soutient que cette disposition ne doit pas être assimilée à “l’approbation”.
“Puisque le bitcoin ne semble approprié ni comme système de paiement ni comme instrument d’investissement, il ne devrait être traité comme aucun des deux du point de vue réglementaire et ne devrait donc pas être légitimé”, ajoutent les auteurs du texte.

Dans un e-mail à Reuters, Bindseil a noté que les crypto-monnaies devraient être réglementées par les régulateurs en tant qu’outil de pari ou de jeu. Les auteurs du texte publié sur le site de la BCE ont également déploré l’intérêt porté aux crypto-monnaies par les gestionnaires d’actifs, les prestataires de services de paiement, les compagnies d’assurance et les banques “pour conseiller aux investisseurs de détail qu’il est raisonnable d’investir dans le bitcoin”.

“Le secteur financier devrait être conscient des dommages à long terme liés à la promotion des investissements en bitcoin en dépit des profits à court terme qu’ils peuvent en retirer”, poursuivent-ils.

Lors d’une audition au Parlement européen lundi, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré que le projet de réglementation européenne sur les crypto-actifs MiCA actuellement en discussion pourrait être élargi à l’avenir. Selon la Française, les crypto-monnaies se sont également révélées être une menace avec le conflit en Russie.

La résistance de la BCE au Bitcoin dure depuis plusieurs années. En 2018, un membre du Conseil des gouverneurs de la BCE souhaitait rendre les déclarations d’identité obligatoires pour chaque détenteur de jeton.

Précédent

HSBC vend ses activités au Canada pour 10 milliards de dollars

Suivant

NFT : Apple bloque une mise à jour de Coinbase Wallet car il ne touche plus de commission

Derniers articles de Crypto