Crédit immobilier : les taux vont continuer d’augmenter en juin

///
taux interet augmente

Sans surprise, les taux de crédit ont poursuivi leur remontée en juin. La plupart des banques l’ont relevé entre 0,50% et 0,60% depuis le début de l’année, selon le broker. Après une forte hausse en avril et mai, juin a poursuivi sa tendance haussière. La situation actuelle met sous pression à la fois les banques, dont les marges bénéficiaires ont fortement chuté, et de nombreux emprunteurs dont les dossiers dépassent les taux d’usure.

Une augmentation moyenne de 0,10% prévue en juin

Les taux hypothécaires ont augmenté pour le sixième mois consécutif pour atteindre une moyenne sur 20 ans de 1,55 %. Alors que l’avenir ne s’annonce pas beau, il est toujours temps de se lancer dans des projets immobiliers.

Cela ne devrait surprendre personne. Les taux hypothécaires continuent d’augmenter sans relâche. « Après les deux dernières années, nous étions tous habitués au seuil de 1 %, les choses ont clairement changé », explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux. Et aucun dossier n’est à l’abri de cette inflation : selon elle, cela concerne tous les dossier, même les meilleurs.

Sur plus de 20 ans, le courtier Empruntis affichait un taux moyen de 1,55% (hors assurance) début juin, contre 1,50% un mois plus tôt. Vousfinancer a fait le même constat, et en se basant sur les barèmes reçus par Pretto, les banques ont même prêté à un taux moyen de 1,60% sur la période.

La tendance à la hausse des prêts à 25 ans se confirme également au moment où la hausse des taux d’intérêt pousse certains emprunteurs à allonger la durée de leurs prêts, avec des taux actuellement à 1,70%, contre 1,65% il y a un mois, selon Empruntis.

Les taux des crédits ont augmenté entre 0,10% et 0,40% en juin, selon le courtier en prêt immobilier Vousfinancer. Globalement, le taux moyen a augmenté de 0,50 % depuis début 2022, mais atteint 0,75 % dans certaines banques, ce qui signifie qu’un prêt de 200 000 € augmente les mensualités de 70 € sur 20 ans.

Les estimations du courtier hypothécaire immobilier Pretto étaient les mêmes, avec des taux en hausse de 0,10 % en juin et une augmentation moyenne de 0,60 % depuis le début de l’année.

Le taux d’usure au cœur du problème

Le taux d’usure est un seuil fixé par la Banque de France, au-delà duquel les entreprises ne sont pas autorisées à prêter. Lorsque le taux d’intérêt effectif global ou taux d’intérêt annuel du prêt (y compris le coût du crédit lui-même, ainsi que le coût de l’assurance emprunteur, les frais de gestion, etc.) excède le prêt, on parle d’« usure », qui correspond à un tiers du taux d’intérêt effectif moyen adopté par la banque au cours du trimestre précédent ou plus (selon la durée du prêt).

Cette approche non synchronisée des données crée des problèmes. Les taux d’usure en vigueur au 1er avril sont basés sur les taux réellement émis en janvier, février et mars 2022, ainsi pour des crédits demandés fin 2021 vous pouviez donc encore emprunter à des taux à moins de 1% sur 20 ans selon votre profil. Ainsi, les très fortes hausses de taux récentes ne sont pas prises en compte, ou très peu.

« Certaines banques continuent leur hausse mais restent présentes sur le marché, justifie Pierre Chapon, co-fondateur du courtier Pretto. D’autres banques sont complètement sorties du marché car avec le taux d’usure (le taux maximal auquel un établissement à le droit de faire un crédit ndlr), elles ne parviennent plus à prêter. Elles arrêtent donc le temps d’y voir plus clair au prochain trimestre (à partir du 1er juillet), soit avec une remontée naturelle du taux d’usure soit, ce que tout le monde espère, avec un changement du mode de calcul. »

Précédent

Beaugrenelle : premier centre commercial français à accepter les paiements en crypto

Suivant

Année record pour les arnaques cryptos aux Etats-Unis

Derniers articles de Banques