Effondrement de Coinzo la cryptomonnaie Turque

/
Turquie
Fermeture de la plateforme Crypto Turc Coinzo, Turquie (Izmir) - ©Pixabay, CC0 Creative Commons

Coinzo, l’une des plus grandes bourses de cryptomonnaie de Turquie, met fin à ses services de négociation d’actifs numériques. La plateforme a déclaré que son site Web resterait en ligne au cours des six prochains mois pour permettre aux utilisateurs de récupérer leurs avoirs en cryptomonnaie et en monnaie fiduciaire turque.

Les tensions en Turquie poussent les échanges de crypto à fermer leurs services

Le principal échange de crypto turc, Coinzo, a annoncé lundi dernier qu’il mettait fin à ses opérations de trading. La plateforme a demandé aux clients de retirer leurs actifs en Livre Turque (Turkish Lira) et en cryptomonnaie sans fournir de raison particulière, pour sa décision de quitter le marché.

Dans un avis publié sur le site Internet de la société sont déclarés les faits suivants :

Nous avons décidé de mettre fin à notre prestation de fournisseur de services d’actifs numériques (plateforme de cryptomonnaie).

Le site web reste accessible et les actifs sont en sécurité

L’annonce précise que Coinzo.com restera accessible pour une durée maximum de six mois afin de permettre aux investisseurs de se connecter à leurs comptes et retirer la Livre Turque (Turkish Lira) et les cryptomonnaies. Toutes les fonctionnalités seront disponibles à l’exception des options d’achat et de vente.

Notre équipe d’assistance continuera à fournir des solutions aux problèmes de nos utilisateurs au cours de ce processus

ajoute le dirigeant de Coinzo. Il assure également que tous les actifs en Livre Turque (Turkish Lira) et en cryptomonnaie appartenant aux utilisateurs sont en sécurité.

Les avoirs en cryptomonnaie inférieurs à la limite de retrait minimum seront automatiquement crédités sur les comptes des utilisateurs en Livre Turque (Turkish Lira) dans la semaine suivant l’annonce.

La paire de devise, déjà suspendue sur le marché

La bourse a révélé qu’elle avait déjà suspendu la paire de devise de la Livre Turque avec son propre jeton Coinzo (CNZ) afin que ses détenteurs ne soient pas affectés par les changements de prix après l’annonce de la fermeture.

Les soldes CNZ seront convertis au dernier taux de transaction de 1,516 lire par pièce et les montants transférés dans les sept jours ouvrables.

Les mesures prises par Coinzo

Les retraits en Livres Turques peuvent être effectués sur un compte bancaire correspondant au nom et au prénom d’un compte Coinzo vérifié. La plateforme ne facturera pas la commission de retrait fiduciaire habituelle et la limite de retrait minimale a été fixée à 0,1 lire. En outre, des instructions détaillées ont été fournies sur la façon de retirer des actifs vers un autre portefeuille.

Coinzo, exploité par une société basée dans la ville d’Izmir, est l’une des cinq plus grandes bourses de Turquie, selon un rapport du portail d’information turc Diken. La publication affirme que la plateforme de cryptomonnaies enregistrait près de 500 millions de lires (plus de 55 millions de dollars) en volumes de transactions quotidiens.

L’effondrement de Coinzo fait suite à celui d’autres bourses de cryptomonnaie turques telles que Thodex et Vebitcoin . Les deux opérations ont été interrompues plus tôt cette année après que TCMB, la banque centrale de Turquie, ait interdit l’utilisation de cryptomonnaies pour les paiements du quotidien.

À la suite de l’interdiction, les autorités turques ont également mis à jour les réglementations cryptoactifs en mai, introduisant des exigences plus strictes pour les fournisseurs de services de trading au sein du pays.

La nouvelle de la décision prise par Coinzo de fermer ses services tombe peu de temps après que le président Recep Tayyip Erdoğan ait déclaré en septembre que la Turquie était en guerre avec la cryptomonnaie. Ce, malgré des informations antérieures selon lesquelles le gouvernement Turc ait préparé un projet de loi pour réglementer l’espace crypto du pays, qui devrait entrer au Parlement au courant du mois d’octobre.

En juillet, le vice-ministre du Trésor et des Finances, Şakir Ercan Gül, a révélé que :

les pays qui interdisent les cryptomonnaies ont généralement des problèmes de démocratie.

Ce genre de commentaires suggèrent que la Turquie suivra les traces de l’Occident pour ce qui est de l’approche réglementaire de l’industrie de la crypto.

Source NewsBitcoin

Précédent

Classement des meilleures universités pour Blockchain 2021

Suivant

Le gouverneur de la Banque de France incite la coopération entre les banques et les fintech

Derniers articles de Crypto