Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Immobilier : baisse des prix, des loyers et des taux…

dans News/Rachat de crédit

Les médias ainsi que les milieux financiers n’ont eu de cesse de parler de la crise du crédit et de celle de l’immobilier depuis l’amorce de la crise financière en 2008. Maintenant que l’exercice précédent est terminé, il est temps de faire un point sur ce qui semble être plausible et sur les chiffres de l’immobilier dans l’Hexagone. Nous précisons que la plupart des éléments qui vont suivre émanent d’organismes tels que Century 21 ou encore Empruntis, courtier spécialisé dans l’octroi de crédits immobiliers et autres prêts.

Chez Century 21, la baisse de l’immobilier se porte sur l’ensemble de l’année 2008 à -1.66 %. Ce chiffre est toutefois à relativiser, car il ne reflète pas l’homogénéité de l’activité sur l’exercice 2008. En effet, le premier semestre était encore très largement positif à la fois en volumes de ventes et en prix de vente. Tout s’est joué en réalité au dernier trimestre qui a vu les ventes chuter de 6.5 %…C’est malheureusement d’ailleurs ce rythme de croisière là qui sera d’actualité au premier semestre 2009…

On notera aussi que ce sont plus les ventes de maisons qui ont souffert de ces baisses que celles relatives à des appartements. Le coût moyen d’une acquisition aura été de 190 468 €uros en France, tandis que la vente moyenne d’une maison se sera élevée à 218 468 €uros et à 174 666 €uros pour un appartement. Ces chiffres ne tiennent pas compte des disparités locales et régionales : ce sont de réelles moyennes nationales qui connaissent pourtant des écarts pouvant aller jusqu’à près de 20 % en fonction des lieux.

Les loyers auront eux aussi marqué le pas : en règle générale, ils ont baissé de 2.41 % sur l’ensemble du territoire avec là encore des disparités parfois très fortes. Il est à noter que ce sont les petits appartements tels que des studios ou des F1 ou F2 qui auront le mieux résisté. Du côté des grands appartements de 4 ou 5 pièces, il y a eu un véritable effondrement du parc locatif pour des raisons de coûts trop lours pour les ménages en charges et loyer cumulé. Dans l’ensemble, le parc locatif français a moins souffert que ses voisins européens et notamment anglo-saxons. Deux raisons à cela : tout d’abord, les loyers sont moins élevés dans l’Hexagone qu’ailleurs en Europe et surtout il semblerait que les consommateurs aient opté pour une stratégie d’attente, c’est à dire de baisse de l’immobilier avant d’acheter. La conséquence de cette attentisme est l’occupation du parc locatif.

Enfin autre élément important : le coût des crédits immobiliers. Même si ce n’est pas encore très palpable, les taux d’intérêts ont amorcé une baisse. On en veut pour preuve le montant moyen des taux de l’immobilier qui était de 5.15 % en novembre, puis de 5.01 % en décembre. On soulignera l’écart entre le neuf et l’ancien. Les prêts immo dans le neuf sont de 0.05 % plus chers que dans l’ancien. Cette tendance devrait s’amplifier dans les toutes prochaines semaines, en raison de la baisse continue des principaux taux interbancaires et surtout de l’affaissement de l’inflation en Europe qui en passant sous la barre des 2 % va obliger la BCE a revoir à la baisse ses principaux taux directeurs…qui influeront mécaniquement sur les taux des crédits…du 4.5 % devrait être monnaie courante d’ici 2 à 3 mois !

Derniers articles de News

sed venenatis id, ipsum libero. ipsum mi, libero quis, Aliquam
Retour en haut