Loi MiCA votée aujourd’hui : les cryptos seront-elles interdites en Europe ?

/
Europe
Europe, Bruxelles - ©AdobeStock

La réglementation MiCA est votée aujourd’hui, et l’éventuelle interdiction du minage de Bitcoin (BTC) est un point clé du débat. Vérifions ce que dit le texte sur la preuve de travail et si les préoccupations de l’écosystème à ce sujet sont valables.

Le premier vote concernant le texte aura lieu aujourd’hui

Le Bitcoin et les autres crypto-monnaies seront-ils interdits dans l’UE après le vote prévu aujourd’hui ? Ce sont les inquiétudes à ce propos qui ont pesé sur Bitcoin au cours du week-end, envoyant la crypto-monnaie à environ 37 500 dollars dans la nuit de dimanche à lundi.

Bloomberg a révélé que la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen devait voter le lundi 14 mars 2022, aujourd’hui, et le texte à voter stipule que les crypto-actifs émis et/ou échangés dans l’UE doivent “respecter des exigences minimales de durabilité environnementale[…] normes, et élaborer et maintenir un plan de déploiement progressif pour assurer la conformité.”

Les références à l’impact écologique et aux exigences de déploiement ont été identifiées comme des changements introduits à la dernière minute pour limiter, voire interdire, l’utilisation de monnaies numériques qui fonctionnent sur un mécanisme de consensus appelé “Proof of Work”, ce qui concerne spécifiquement Bitcoin.

Cela signifie que le BTC, pour éviter d’être exclu de l’UE, doit entamer une transition de “Proof of Work” à “Proof of Stake” comme Ethereum, ce qui semble a priori être plus ou moins impossible pour BTC.

“Les enjeux de vote dans l’UE sont très élevés. Des propositions comme celle-ci sont arrivées jusqu’ici, très inquiétantes et peu susceptibles de résister à la réalité”, a tweeté le fondateur de Circle Pay, Jeremy Allaire.

Une décision pas encore définitive

Rappelons qu’une précédente version de l’article proposait d’interdire les crypto-monnaies « proof-of-work » dans l’Union européenne à partir de janvier 2025. La clause a ensuite été abandonnée suite aux critiques des défenseurs de la cryptographie, avant que la version révisée ne soit réintégrée dans la dernière version de l’article.

Enfin, il convient de noter qu’une fois que le Parlement aura pris une décision sur le projet, celui-ci entrera dans une trilogie de négociations, un cycle formel de négociations entre la Commission européenne, le Conseil et le Parlement.

Par conséquent, il est important de garder un œil sur le résultat attendu du vote d’aujourd’hui, mais il ne faut pas oublier que d’autres mesures seront nécessaires pour que l’interdiction du Bitcoin commence à devenir un risque concret.

Si MiCA interdit les consensus de minage en preuve de travail au sein de l’UE, cela serait une grave erreur stratégique dans notre politique et cela nuira à notre compétitivité à long terme. Le texte met bien en évidence les préoccupations environnementales de ce consensus. Il met en lumière l’utilisation de combustibles fossiles dans certaines exploitations minières et le remplacement d’équipements générateurs de déchets électroniques, qui pourraient remettre en cause l’accord de Paris sur le climat.

En fait, il est difficile de spéculer sur les attentes requises concernant le consensus sur la preuve de travail. Si l’impact réel de Bitcoin sur l’environnement doit être pris en compte, ce n’est pas le problème ici. Dans cette version du texte, le règlement MiCA espère encourager des solutions de minage plus durables sur les sols européens au détriment des énergies fossiles comme le charbon.

Dans la version traduite de la réglementation, “ Proof of Work” apparaît 9 fois, et si l’enjeu écologique est pointé du doigt, aucune interdiction ne sera proposée à aucun moment. Même si tout cela semble encore abstrait, il s’agit donc de relativiser.

Précédent

Un cadre de Revolut se lance dans les cryptos

Suivant

Le Bitcoin est-il un solide rempart face à l’inflation actuelle ?

Derniers articles de Crypto