Sam Bankman-Fried est innocent ! Incompétence ou fraude ?

/
menotte innocent

Sam Bankman-Fried, l’ancien patron de l’échange de crypto-monnaie FTX qui a été spécifiquement accusé de fraude aux États-Unis, a démenti jeudi toute tentative d’escroquerie et s’en est pris directement à son ancien rival, Changpeng Zhao, le directeur général de Binance.

SBF assure que FTX US est toujours solvable

Sam Bankman-Fried est de retour en ligne pour tenter de se défendre. “Je n’ai pas volé d’argent, et je n’ai certainement pas caché des milliards”, a-t-il écrit dans un blog hébergé sur la plateforme Substack.

La star déchue de la crypto-monnaie a plaidé non coupable de huit accusations portées contre lui par le ministère américain de la Justice début janvier. Il est assigné à résidence avec ses parents en Californie après avoir déposé une caution de 250 millions de dollars en attendant son procès.

Dans son long article de blog, l’homme surnommé SBF détaille les événements qui ont conduit à la faillite de FTX en novembre.

En particulier, il a affirmé que l’effondrement d’Alameda Research, une société de courtage et d’investissement qu’il a fondée, était dû à un déclin général du marché des crypto-monnaies, et non à une fraude.

“Je n’ai pas volé de fonds, et je n’ai certainement pas dissimulé des milliards. (…) FTX International et Alameda étaient toutes deux des entreprises légitimement et indépendamment rentables en 2021, chacune générant des milliards. (…) Puis Alameda a perdu environ 80 % de la valeur de ses actifs au cours de l’année 2022. (…) Ses actifs ont chuté encore plus en raison d’une attaque ciblée. FTX a été touché par le déclin d’Alameda (…).”

Il garantit également que l’entité américaine de FTX, FTX US, reste solvable à ce jour. Sam Bankman-Fried a affirmé que si FTX n’avait pas été mise en faillite, l’entreprise aurait pu lever de nouveaux fonds auprès d’investisseurs et rembourser ses clients.

La faute au directeur de la plateforme concurrente…

SBF a accusé Changpeng Zhao, le propriétaire de la plateforme de crypto-monnaie Binance, d’avoir orchestré “une campagne de relations publiques extrêmement efficace sur plusieurs mois” visant à déstabiliser FTX.

“En novembre 2022, un crash extrême, rapide et ciblé, déclenché par le CEO de Binance (CZ), a rendu Alameda insolvable.”

Début novembre, Changpeng Zhao (alias CZ) a annoncé qu’il vendrait la totalité de son FTT, la monnaie virtuelle émise par FTX, détenue par Binance. Selon Sam Bankman-Fried, cette décision a entraîné la chute d’Alameda et de FTX.

CZ a réfuté à plusieurs reprises ces allégations. “FTX s’est suicidé… alors qu’ils volaient des milliards de dollars en fonds d’utilisateurs”, a-t-il tweeté en décembre.

Contrairement à M. Bankman-Fried, le co-fondateur de FTX, Gary Wang, a plaidé coupable et coopère avec les autorités américaines, tout comme l’ancienne cadre d’Alameda Caroline Ellison.

Une réelle incompétence ou un crime en pleine conscience ?

Les affirmations de SBF ont également été réfutées par certains régulateurs américains, ainsi que par le nouveau PDG de FTX, John Ray.

« jamais vu [dans sa carrière] un échec aussi complet des mécanismes de contrôle d’une entreprise et une absence aussi flagrante d’informations financières fiables ». indiquait il y a quelques mois John Ray, le nouveau PDG de FTX.

Force est de constater qu’en dépit des déclarations actuelles de Sam Bankman-Fried, les conclusions des liquidateurs sur la gestion des sociétés SBF suggèrent soit une incompétence dangereuse, soit une fraude.

Les 8 chefs d’accusations contre l’ex-PDG de FTX permettront de déterminer laquelle des 2 options est la plus juste.

Selon Andrew Dietrich de Sullivan & Cromwell, les nouveaux dirigeants de FTX se préparent également à céder plus de 300 investissements “non stratégiques” d’une valeur comptable combinée de plus de 4,6 milliards de dollars.

Après la confusion initiale, les nouveaux dirigeants de FTX et les liquidateurs des Bahamas sont parvenus à un accord selon lequel toutes les sommes récupérées aux États-Unis et aux Bahamas seraient utilisées pour indemniser les clients et les créanciers.

Précédent

La récession c’est pour 2023 selon la Banque Mondiale

Suivant

Immobilier : le calendrier de rénovation énergétique intenable selon la Fnaim

Derniers articles de Crypto