Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Sans subprimes : crise du crédit ?

dans Rachat de crédit

On ne se pose pas toujours les bonnes questions ! Les crises actuelles qui mettent en péril l’ensemble de l’économie mondiale trouvent aujourd’hui leurs origines dans les désormais très médiatiques subprimes d’outre-Atlantique.

Du moins est-ce ainsi que la classe politique, médias et autres économistes nous présentent les choses.

Dans son entretien accordé récemment au Journal des Finances le nouveau patron d’Alcatel-Lucent, Philippe Camus, évoquait certes que « Tout est parti de produits titrisés, donc extraits des bilans des banques pour être revendus en paquets au plus grand nombre d’investisseurs », mais précisait aussi que cette crise du crédit était liée à un trop grand nombre de conjectures… On peut donc se poser légitimement la question s’il n’y avait pas eu tôt ou tard une crise, même sans subprimes ?

La réponse est sans doute oui, car le système bancaire actuel repose sur des transactions permanentes de flux d’argent. Les interconnexions bancaires fonctionnent à condition que les liquidités soient quotidiennement injectées par le consommateur final quand celui-ci paie son crédit… La chaîne peut être rompue pour des raisons quelconques, en l’occurrence elle l’a été parce que 2 000 000 de foyers américains ne payaient plus leur prêt immobilier brisant un maillon essentiel dans l’alimentation financière des marchés.

D’un seul coup, il n’y a plus eu d’argent en quantité énorme que les banques ne pouvaient garantir. Le subprime a été cette fois le déclencheur du cataclysme, car une bonne partie de l’économie américaine s’est appuyée sur ce type de financements depuis 5 ans.

D’autres phénomènes auraient peut-être pu créer les mêmes conséquences tels que des impayés massifs de prêts immobiliers ou de prêts professionnels consentis à de jeunes entreprises dont la viabilité n’est pas encore avérée.

La crise des subprimes nous a rappelé que les artifices de nos économies actuelles dépendent d’un jeu virtuel et de jeu d’écritures artificiels qui en cas de « panne » peuvent s’enrayer et faire basculer une crise purement bancaire vers une crise globalement financière…

Il faudra peut-être aussi retenir la double leçon que d’une part les grandes tendances du marché ne sont pas toujours dans le vrai et que d’autre part les grandes agences de notation n’ont pas non plus toujours raison. Il y a encore un peu plus d’un an, tout le monde plébiscitait le subprimes…

Derniers articles de Rachat de crédit

vel, efficitur. commodo at tempus Praesent diam sed consectetur Donec velit, mattis
Retour en haut